top of page
Rechercher
  • benbres

Les "bonnes merdes": Pourquoi vous en mangez trop & 5 stratégies pour contrer ces bombes caloriques.



Vous connaissez cette sensation: une chips croquantes salée, se transforme en 100 chips croquantes salées, et soudain vous léchez le sel sur vos doigts et vous vous demandez: qu'est-ce qui ne va pas avec moi ?

En fait, il est normal d’avoir l’impression de ne pas pouvoir arrêter d'abuser de certains aliments industriels. La nourriture hyper-appétissante d’aujourd’hui crée une crise alimentaire moderne - une crise qui nous rend malade, incontrôlable et toujours plus impatient.


Cela nous est arrivé à tous.

Ça commence avec 1 poignée, puis un bol et quelques craquements furieux après, nous nous retrouvons au fond d'un gigantesque paquet de chips.


"Comment est-ce arrivé?" "Déjà ?!" nous demandons nous-mêmes, flous.

"Qu'est-ce qui ne va pas chez moi? Pourquoi ne puis-je pas m'arrêter? »


C'est à ce moment qu'on regarde le paquet de chips pour voir les calories et qu’on se rend compte de sa connerie.

Mais, avant de s'immerger dans le monde du dégoût de soi à part entière, lisez ça.

Les aliments transformés sont scientifiquement conçus pour être irrésistibles et faciles à avaler en grande quantité. Si vous ne pouvez pas vous arrêter, les chips et autres délicatesses industriels font leur travail.

(Quelqu'un chez Lays a probablement eu une promotion à un moment tellement je mangeais de chips aux cornichons)


C’est pourquoi, dans cet article, nous expliquerons exactement comment la malbouffe est conçue pour nous faire réagir par des comportement d'addictes, adeptes professionnels de la technique d'ouverture de sac de chips.


Mieux encore, Je vous fournirai cinq stratégies utiles pour examiner votre relation avec les aliments transformés et reprendre le contrôle de la suralimentation.


Ne cherchez pas plus de raison personnelle derrière votre frénésie de la chips, certains aliments ont été développés pour nous faire trop manger

Si vous mangez trop, ce n’est pas parce qu’il y a quelque chose qui ne va pas avec vous ou votre volonté.


Voici la vérité: il existe toute une industrie qui se consacre à la création d’aliments hyper appétissants - des aliments si savoureux qu’ils sont presque irrésistibles.

Votre corps et votre cerveau réagissent exactement comme ils sont censés le faire. C’est presque impossible d’arrêter de manger ces aliments!

Ce qui est totalement à l'opposé d'aliments ''normaux''comme les asperges, un choux fleur, le riz basmati ou les filets de saumon cuits au four.

(Combien de fois avez vous entendu dire: "J'ai mangé tellement de brocolis que j'ai dû me poser et dé-serrer ma ceinture sous peine d'explosion ? Je ne pouvais tout simplement pas m'en empêcher!" Je suis prêt à le parier, ça ne vous est jamais arrivé... A l’exception près de petits malins qui veulent prouver que les brocolis peuvent servir de substitut protéique à la viande.)

Je parle bien d’aliments transformés.

Ceux-ci sont modifiés par rapport à leur forme entière d'origine afin de changer leur saveur, leur texture ou leur durée de conservation.

Souvent, ils sont modifiés pour toucher autant de centres de plaisir que possible - de notre cerveau à notre bouche en passant par notre ventre.

Ils sont très désirables, immédiatement gratifiants, amusants à manger et faciles à surconsommer rapidement (et souvent à moindre coût).

Les aliments transformés auront également une apparence et une sensation différentes de leurs homologues entiers, en fonction du degré de transformation.


Parce que si vous vous sentez hors de contrôle avec certains aliments, vous n’êtes pas fou.

Même les mangeurs qui ne jurent que par des aliments sains et non transformés se sentent parfois hors de contrôle face à ces aliments. Même si nous valorisons la nutrition et voulons prendre soin de nous-mêmes, certains aliments peuvent nous faire sentir… un peu possédés.

Vous voyez ce que je veux dire ?


Vous mettez la main dans le congélateur pour prendre une cuillerée de glace et tout à coup vous siphonnez le caramel, puis les noix, puis les morceaux de brownie, et puis… votre cuillère touche le fond.

Vous connaissez ce dialogue :

Vous : ''Passe moi une frite stp, juste une promis''

Votre amis : ''Juste une hein après le rapace il va voir ailleurs''

Vous : ''oui tkt !''

2 min plus tard :

Vous :''... en vrai passe moi une autre promis la dernière...''

Et juste comme ça que vous finissez par manger 1/4 de l'assiette de votre amis.

Même avec les meilleures intentions, l'attraction de certains aliments est telle qu'elle peut nous laisser impuissants. Si vous avez ressenti cela, vous n’êtes pas seul (et vous n'êtes pas bancal dans votre fonctionnement.)

1. Le marketing nous convainc que les aliments transformés sont «sains».

Les aliments transformés sont présentés dans des emballages aux couleurs vives, aux personnages de dessins animés, aux approbations de célébrités et aux mots puissants qui déclenchent toutes sortes d'associations positives.


Certaines marques utilisent des mots à la mode tels que bio, végétalien et sans gluten sur leur étiquette pour créer une illusion, ou un halo, de santé autour d'eux.

Les entreprises proposent des versions biologiques de leurs macaronis au fromages en boîte, des versions sans gluten de leurs pâtisseries glacées et des versions végétaliennes de leurs biscuits.

Vous verrez des chips «préparées avec de l'huile d'avocat», des céréales sucrées «à base de graines de lin». La teneur en éléments nutritifs de ces aliments n’est pas particulièrement impressionnante, mais l’ajout de mots à la mode sur la nutrition et d’ingrédients à la mode nous fait percevoir qu’ils sont plus sains.


Les spécialistes du marketing choisissent également des mots qui se rapportent plus largement aux soins personnels.

Avez-vous déjà remarqué combien de slogans sur les aliments transformés ressemblent à ça?

"Prends une pause."

''Prenez du temps pour vous.''

"Vous le méritez."

Des mots comme ''rompre'' et ''mériter'' nous distraient de nos sensations physiques et puisent dans nos sentiments - un endroit où nous voulons juste être compris, soutenu, apaisé et peut-être juste s'échapper un instant.


Les mots à la mode en matière de santé et les appels émotionnels peuvent nous faire percevoir un aliment comme ''bon pour soi''; cela semble être un choix judicieux et attentionné de les mettre dans nos chariots, puis dans nos bouches.

De plus si un aliment est «sain» ou si «nous le méritons», nous ne nous sentons pas si mal en en mangeant à volonté.

La variété nous donne encore plus faim.


Le choix nous excite.

Pensez à un buffet à volonté asiatique : ''Ooh ! Des tempuras, ils ont des dim sum à volonté et des gyozas aussi, porc laqué vous avez dit ? Oui monsieur par ici s'il vous plaît, rhaaaa cette sauce aigre douce avec des beignets de porcs !

Ils vont regretter de m'avoir laissé passé la porte d'entrée.

Avant que vous ne vous en rendiez compte, il y a une tour penchée de nourriture (saine ou pas) devant vous.

Ou pensez à quand vous allez au cinéma, ces comptoirs avec toutes ces ''bonne choses'' : bonbons, biscuit, glaces, chips, autant de mélanges pour vous donner des maux de bides et une chiasse intergalactique. Le tout dans un seul sac! Le plaisir ne se termine jamais car il existe une variété de saveurs et de textures pour vous amuser pour toujours! Lorsque nous avons beaucoup de variété, nous avons beaucoup d'appétit.


Il est difficile de trop manger une seule chose, avec une seule saveur, comme les pommes.

Combien de pommes pouvez-vous manger avant, franchement, d'être écœuré?

Réduisez la variété et vous réduisez également la distraction due aux signaux d'autorégulation intégrés dans votre corps.

Lorsque nous ne sommes pas trop étourdis et excités par le choix et les stimuli, nous sommes plus susceptibles de ralentir, de manger consciemment et de manger moins.